fbpx

Les principales clauses d’un contrat de transmission d’entreprise

La cession d’une entreprise est un processus complexe qui implique de nombreux aspects juridiques et contractuels. Le contrat de cession d’entreprise est un document clé qui régit les modalités de la transaction et protège les intérêts des parties concernées. Cet article examine les principales clauses d’un contrat de cession d’entreprise et leur importance pour les parties impliquées avec notamment un zoom sur la GAP.

Synthèse des principales clauses d’un contrat de transmission

  1. Identification des parties et de l’objet

La première étape dans la rédaction d’un contrat de cession d’entreprise est d’identifier clairement les parties impliquées (cédant et cessionnaire) ainsi que l’objet du contrat, c’est-à-dire l’entreprise à céder.

  1. Prix de cession et modalités de paiement

Le contrat doit déterminer le prix de cession de l’entreprise et les modalités de paiement. Ces modalités peuvent inclure un paiement au comptant, un paiement échelonné sur une période déterminée, ou une combinaison des deux.

  1. Garantie d’actif et de passif

La garantie d’actif et de passif (GAP) est une clause essentielle qui protège le cessionnaire contre les risques liés aux actifs et passifs de l’entreprise cédée. Le cédant s’engage à indemniser le cessionnaire en cas de découverte de passifs cachés ou de problèmes affectant la valeur des actifs après la cession.

  1. Clause de non-concurrence

La clause de non-concurrence vise à protéger le cessionnaire contre la concurrence du cédant après la cession de l’entreprise. Elle définit généralement la durée de l’interdiction de concurrence, le périmètre géographique concerné et le type d’activités interdites.

  1. Clause de confidentialité

La clause de confidentialité prévoit que les parties s’engagent à ne pas divulguer les informations confidentielles obtenues au cours du processus de cession. Cette clause est particulièrement importante pour protéger les secrets commerciaux, les données clients et les informations financières sensibles.

  1. Conditions suspensives

Les conditions suspensives sont des événements ou des conditions qui doivent être remplis avant que la cession ne devienne définitive. Parmi les conditions suspensives courantes figurent l’obtention des autorisations réglementaires, l’accord des partenaires commerciaux ou des actionnaires, et la réalisation d’une due diligence satisfaisante.

  1. Clause de répartition des frais

La clause de répartition des frais précise comment les coûts liés à la cession d’entreprise, tels que les frais de conseil, les honoraires d’avocat et les frais d’enregistrement, seront répartis entre le cédant et le cessionnaire.

En savoir plus :

Zoom sur la GAP (Garantie d’Actif Passif)

La garantie d’actif et de passif (GAP) est une clause cruciale dans un contrat de cession d’entreprise. Elle protège le cessionnaire contre les risques liés aux actifs et passifs de l’entreprise cédée. Dans cet article, nous explorons en détail la GAP, son rôle, ses mécanismes et ses implications pour les parties prenantes.

1. Définition et objectif de la garantie d’actif et de passif

La GAP est une clause contractuelle par laquelle le cédant s’engage à indemniser le cessionnaire en cas de découverte de passifs cachés ou de problèmes affectant la valeur des actifs après la cession. L’objectif principal de la GAP est de protéger le cessionnaire contre les risques financiers et opérationnels liés à la reprise de l’entreprise.

2. Champ d’application de la garantie d’actif et de passif

La GAP couvre généralement les éléments suivants :

a. Actifs : Les actifs incluent les immobilisations corporelles et incorporelles, les stocks, les créances clients et les autres éléments d’actif. La GAP protège le cessionnaire contre la dépréciation de ces actifs due à des éléments non divulgués ou inconnus au moment de la cession.

b. Passifs : Les passifs comprennent les dettes, les provisions pour risques et charges, les impôts et les autres éléments de passif. La GAP couvre les passifs cachés, c’est-à-dire ceux qui n’étaient pas connus ou n’avaient pas été divulgués par le cédant lors de la cession.

3. Mécanismes de la garantie d’actif et de passif

a. Indemnisation : En cas de découverte de passifs cachés ou de problèmes affectant les actifs, le cédant est tenu d’indemniser le cessionnaire pour la perte de valeur subie. L’indemnisation peut prendre la forme d’un versement en espèces, d’une réduction du prix de cession ou d’une combinaison des deux.

b. Plafond et franchise : La GAP peut inclure un plafond d’indemnisation, qui représente le montant maximal que le cédant est tenu de payer en cas de réclamation. Une franchise peut également être prévue, ce qui signifie que le cessionnaire ne peut réclamer une indemnisation que si le montant de la perte dépasse un certain seuil.

c. Durée : La durée de la GAP varie en fonction des spécificités de l’entreprise et de la transaction. Elle peut être limitée à une période déterminée après la cession, généralement comprise entre un et trois ans, ou être prolongée pour certains passifs spécifiques, tels que les litiges en cours ou les risques fiscaux.

4. Négociation de la garantie d’actif et de passif

La GAP est souvent l’un des points les plus délicats lors de la négociation d’un contrat de cession d’entreprise. Les parties doivent trouver un équilibre entre la protection des intérêts du cessionnaire contre les risques liés aux passifs non déclarés ou aux actifs surestimés et la prise en compte des intérêts du cédant qui souhaite limiter sa responsabilité financière après la cession. Pour parvenir à cet équilibre, les parties peuvent débattre de la durée, du montant et de l’étendue de la garantie, ainsi que des mécanismes de règlement des éventuels litiges liés à la GAP. Il est recommandé de consulter des avocats spécialisés en droit des affaires pour vous aider à trouver un accord équitable et adapté aux spécificités de la transaction.

Wexlinks Formation : l’unique formation en France dédiée à la cession d’entreprise. 5 modules à suivre en ligne permettant à un chef d’entrerpise de préparer au mieux la cession de son entreprise : https://formation.wexlinks.fr/transmission

Zoom sur la formulation du prix de cession

La clause de prix a pour objectif principal de déterminer le montant à payer par le cessionnaire pour acquérir l’entreprise. Elle doit être claire, précise et refléter la valeur de l’entreprise, en tenant compte des éléments d’actifs et de passifs, des perspectives de croissance et des risques associés. La clause de prix doit également déterminer les modalités de paiement, telles que les échéances, les conditions de financement et les garanties éventuelles.

Voici une liste de différents exemples de formulation du prix dans le cadre d’un contrat de cession d’entreprise, en tenant compte de diverses variables :

  1. Prix de cession = Valeur d’entreprise – Dette nette Cette formule prend en compte la valeur d’entreprise (VE) et soustrait la dette nette pour déterminer le prix de cession. La dette nette est égale aux dettes financières de l’entreprise moins sa trésorerie et équivalents de trésorerie.
  2. Prix de cession = (Multiples de l’EBITDA) x EBITDA – Dette nette Dans cette formule, le prix de cession est basé sur un multiple de l’EBITDA (bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement), auquel on soustrait la dette nette.
  3. Prix de cession = (Multiples du chiffre d’affaires) x Chiffre d’affaires – Dette nette Ici, le prix de cession est basé sur un multiple du chiffre d’affaires de l’entreprise, moins la dette nette.
  4. Prix de cession = (Multiples de l’EBE) x EBE – Dette nette Cette formule utilise un multiple de l’excédent brut d’exploitation (EBE) pour déterminer le prix de cession, auquel on soustrait la dette nette.
  5. Prix de cession = Actif net comptable + Prime – Dette nette Dans cette formule, le prix de cession est calculé en ajoutant une prime à l’actif net comptable (actifs moins passifs) et en soustrayant la dette nette.
  6. Prix de cession = Capitalisation des bénéfices + Dette nette Cette formule consiste à déterminer la valeur d’entreprise en capitalisant les bénéfices de l’entreprise sur une période donnée, puis à ajouter la dette nette pour déterminer le prix de cession.

Deux notions à définir plus précisément dans ces exemples :

a. Dette nette :

La dette nette est un indicateur financier qui permet de mesurer la situation financière d’une entreprise en termes d’endettement. Elle est calculée en soustrayant la trésorerie et les équivalents de trésorerie (c’est-à-dire les liquidités facilement convertibles en espèces) des dettes financières de l’entreprise.

La dette nette est une mesure importante car elle prend en compte les obligations financières de l’entreprise (comme les emprunts, les dettes obligataires, les crédits-bails, etc.) et indique dans quelle mesure l’entreprise est capable de rembourser ses dettes avec ses liquidités disponibles. Une dette nette positive signifie que l’entreprise a plus de dettes financières que de trésorerie, tandis qu’une dette nette négative indique que l’entreprise dispose de suffisamment de trésorerie pour rembourser l’intégralité de ses dettes.

b. Actif net comptable :

L’actif net comptable, également appelé capitaux propres, représente la différence entre la valeur totale des actifs d’une entreprise et la valeur totale de ses passifs. Il s’agit d’un indicateur clé de la situation financière de l’entreprise et de sa solvabilité.

Dans le bilan comptable d’une entreprise, l’actif net comptable est la somme des capitaux propres, qui comprennent le capital social, les réserves, le report à nouveau et le résultat de l’exercice. L’actif net comptable représente la valeur résiduelle des actifs de l’entreprise après déduction de tous les passifs. En d’autres termes, il s’agit de la valeur des actifs qui appartient réellement aux actionnaires de l’entreprise après que toutes les dettes et obligations ont été payées.

L’actif net comptable est souvent utilisé pour évaluer la valeur d’une entreprise, en particulier dans les transactions de cession d’entreprise. Cependant, il est important de noter que l’actif net comptable ne tient pas compte de la valeur de certains actifs immatériels, tels que la marque, les brevets ou la clientèle, qui peuvent avoir une valeur significative pour l’entreprise.

En conclusion sur la formulation du prix de cession, chaque formule présente ses avantages et ses inconvénients, et le choix de la formule appropriée dépendra des spécificités de l’entreprise et de la transaction. Il est important de consulter un expert en évaluation d’entreprise pour déterminer la formule la plus adaptée à chaque situation.

Xval, cabinet de valorisation d’entreprises vous accompagne pour la valorisation de votre entreprise : demander une valorisation d’entreprise

Conclusion sur les clauses d’un contrat de transmission

Les clauses d’un contrat de cession d’entreprise sont essentielles pour assurer une transaction réussie et protéger les intérêts des parties concernées. Il est important de comprendre ces clauses et de travailler avec des professionnels expérimentés, tels que les experts de XVAL, pour garantir une cession d’entreprise en douceur et en conformité avec les réglementations en vigueur.

En savoir plus :

Pour débuter une valorisation d’entreprise par un consultant du cabinet XVAL :

Il vous suffit de compléter ce formulaire, un expert vous contacte sous 24 h pour évaluer votre entreprise ou répondre à vos questions :